Ce qui reste

Ce qui reste

On semble l’ombre du vent
On sème l’ombre. Et des enfants dedans, sommés d’y vivre.
Sauront-ils mieux que nous être heureux de ce qui reste ?
De ce qui reste des prairies sur terre et dans le ciel,
De l’océan et des amis, et de toutes les plantes et des bêtes qui croisaient encore hier, par ici ?
On voudrait, pour eux tous ,des rêves bien plantés, des rives, du plaisir banal à être.
On ne sait comment changer assez pour être des vivants porteurs de vie,
Faisant domaine de leur amour et de leurs bras.
On semble déjà des ombres, dépassées par le monde délaissé
Qu’on leur laisse.
Qu’on leur laissera si.

Tu lis un moment par dessus mon épaule.
Tu dis « C’est pas gai » et ta trajectoire te reprend.
C’est vrai, ce n’est pas le désespoir qui nous fait être, j’ai pensé

Alors tu es entré dans le poème.

14 juillet 2019

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom